Pourquoi cette loi sur le Patrimoine Linguistique Européen?

La diversité linguistique traditionnelle de l'Europe est en train de disparaître. Des langues centenaires et parlées de manière traditionnelle sont en grave danger d'extinction. Chaque recensement effectué vient confirmer le fait que le nombre de personnes parlant les langues minoritaires autochtones est à la baisse. Ceci s'applique aux langues dites "apatrides", et notamment   l'Irlandais, le Sorabe, le Frison, le Basque, le Catalan, le Galicien, l'Ecossais, le Gallois, le Cornique, le Frioulan,   la langue kachoube, ou le Breton, ainsi que d'autres langues minoritaires traditionnelles, essentiellement parlées dans les zones frontalières telles que le Danois/Allemand en Allemagne/Danemark, l'Allemand en Pologne/République Tchèque/Italie, le Hongrois en Slovaquie/Roumanie/Serbie, le Polonais en République Tchèque /Biélorussie/Ukraine, le Suédois en Finlande, ou le   Slovène en Autriche/Italie, pour ne mentionner que ces quelques exemples.

 

La protection de la diversité linguistique de l'Europe revête une importance cruciale pour le futur développement du continent. La fait de protéger la pluralité linguistique des régions multilingues traditionnelles n'est pas uniquement une question de sauvegarder les droits d'un petit de groupe de personnes : il s'agit ici également d'une partie indispensable du processus d'unification européen, et de la seule voie vers la paix, le respect et la co-existence entre les nations et les groupes ethniques dans l'Europe de demain. La plupart des conflits existant entre Etats européens ont des racines territoriales et concernent des zones de peuplement de minorités, ou régions bi- et multilingues.

Europe ne deviendra un continent de paix et d'unité que si nous créons un espace pour toit le monde - majorités, minorités et populations expulsées. Nous devons par conséquent (a) reconnaître notre patrimoine linguistique indépendamment des animosités historiques, (b) maintenir et régénérer le caractère polyglotte des régions historiquement polyglottes, et (c) permettre à tous les Européens de célébrer leur identité unique dans toutes leurs zones de peuplement traditionnelles.

 

Voici ci-après les principaux avantages de cette loi proposée:

 

  • Les langues apatrides seront, pour la première fois, formellement et officiellement reconnues à tous les niveaux de gouvernement.

  • Les régions en Europe ayant un fort sens d'identité de soi seront en mesure de réaliser une plus grande autonomie au sein de l'Etat dans lequel elles sont situées, ce qui permettra à leurs citoyens de célébrer   leur identité unique et leur patrimoine au niveau politique et social.

  • Les Etats-nations d'Europe ont largement fait preuve de partialité dans le traitement de leur patrimoine linguistique. Des normes uniformes à travers l'UE créeront une société européenne plus inclusive.

  • La loi proposée contient tous les aspects des normes des «bonnes pratiques » internationales en matière de protections des langues minoritaires - ce que j'appelle les trois piliers de la protection du patrimoine linguistique.

  • Pilier 1: Le droit d'utiliser une langue natale dans toutes les communications à tous les niveaux de gouvernement.

  • Pilier 2: Le droit à l'éducation dans la langue natale.

  • Pilier 3: Le droit à disposer de panneaux topographiques et autres panneaux de signalisation dans la langue natale.

  • La Loi proposée protège également le patrimoine linguistique historique dans les zones où une langue est en danger d'extinction pour des raisons d'assimilation, de nettoyage ethnique et d'expulsion. De nombreux Etats européens ont un historique en matière d'assimilation, de nettoyage ethnique et d'expulsion. Ils rejettent à présent les droits linguistiques en raison du fait que le nombre d'orateurs a chuté à des niveaux très bas.

 

 

 

Cliquez ici pour lire la proposition sur la Lois sur le Patrimoine Linquistique Européen